La fabrique de l'art

 

Intervenants:
Enzyme / Designers

Chargé de projet:
Mathieu Marion

 

Objectifs
Les plasticiens créent des œuvres. Mais qui les fabrique ? Qui sont ceux qui donnent forme à l’abstrait ? Qui matérialise les idées des artistes ? Pour faire prise avec ces questions,
F93 a proposé aux élèves de première STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable) du lycée René Cassin de Noisiel de s’engager durant plusieurs mois dans une relation de travail avec Enzyme-design, bureau d’étude (ingénierie, CAO) et  atelier (usinage, impression 3D..) qui travaille à la frontière entre art et industrie. À partir d’une commande initiale,  la création de deux mobiles qui devront être installés au lycée et grâce à un scénario de travail, élèves et designer ont collaboré étroitement pour réaliser un projet abouti qui sera présenté au lycée à la rentrée 2018-2019.

Projet en cours
De l’idée au projet
En avril, la  classe s’est rendue dans les locaux d’Enzyme-design, pour commencer le projet. Comment travaillent-ils ? Quels sont leurs outils ? Quelles sont les démarches qui les animent ? Quelles sont les spécificités de leur métier par rapport au design industriel classique ?  Cette première prise de contact a également permis aux élèves de recevoir la commande finale. De retour en classe, les collégiens ont exécuté des croquis préparatoires pour matérialiser leurs premières idées de mobile. Il ont  défini un cahier des charges en répondant à plusieurs paramètres : la fabrication et l’esthétique, le choix des matériaux, les dimensions ainsi que les contraintes techniques propres à l’installation en hauteur de l’objet. Lors de cette phase, de nombreux allers retours ont eu lieu entre la classe et les intervenants ; en voici un extrait :
Les élèves :
- « Nous avons finalisé les croquis pour le premier mobile, nous continuons à réfléchir au second, notamment en terme d'objet à suspendre et architecture globale. »
Enzyme-design :
- « On est bien dans une architecture typique de mobile et il apparaît visuellement plutôt équilibré. Peut-être faudra-t-il allonger un peu les barres des étages inférieurs (quitte à raccourcir alors la grande barre pour ne pas dépasser l’envergure maximale disponible). Une fois en l’air, il occupera ainsi un peu plus l’espace. »
Les élèves :
- « Merci pour ces conseils, tant sur le plan technique que du work in process (…), vous trouverez notre croquis modifié ainsi qu’une précision quant à la nature des pièces que nous souhaitons suspendre. »
Enzyme-design :
- « (…) pour les pièces suspendues : je pense qu’il faut réduire le nombre de couleurs différentes et jouer plutôt sur des variations d’intensité ou de formes : ce sera plus élégant, plus apaisant pour le regard et plus fort sémantiquement : les départements du lycée sont certes différents, mais ils forment un tout, autour d’une thématique technique commune. C’est donc bien de montrer ce lien et cette unité en travaillant des variations colorées subtiles. (…) Quel type de montages prévoyez-vous ? »
Les élèves :
- « Pour les objets à suspendre c'est un montage d'anneaux concentriques (3 ou 5 anneaux). Sur le fichier que nous vous avons fait parvenir, vous pourrez constater une interférence entre la boule solaire et la tige filetée. Il faudra aussi prévoir une fente en partie basse de chaque anneau pour réaliser l'emboîtement ... »

 

A partir des plans techniques et d’assemblage, il va s’agir maintenant d’entrer dans la phase de réalisation, de production et d’installation du mobile au lycée : celle-ci aura lieu à la rentrée scolaire 2018-2019.

 

 Sorties:
- Centre Pompidou – collections permanentes – visite guidée
- ENSCI – Les ateliers – visite de l’établissement, rencontre avec Margot Casimir, coordinatrice pédagogique

Lycée:
- Classe de 1ère du lycée polyvalent rené cassin, noisiel