690 mots

Les visiteurs de ce site pourront s’étonner de ne pas trouver les considérations habituellement associées à un centre de culture scientifique et technique. Peu ou pas de références à la citoyenneté, à l’idée de repères ou de carrières scientifiques, à la cohésion sociale et à la participation. Le site regorge en revanche d’une multitude de situations.

 

F93 a pour cadre le devenir des sciences et des techniques. Depuis 1982 *, ce cadre est devenu indissociable des relations qu’il s’agit de susciter, de manière fortuite ou volontaire, avec celles et ceux qui participent de cette évolution ou souhaitent la questionner. En porte témoignage, tout un tissage de pratiques, de publics, d’intérêts - ce dernier terme signifiant la manière avec laquelle ce que l’on fait et dit en intéresse d’autres, se met à compter pour les autres. Aussi, les conditions, les moyens et les contraintes que cela suppose, ne sont pas des questions secondes, relevant de la seule « diffusion » des savoirs. Ce sont quelques-uns des ingrédients attachés à l’identité et à l’histoire de l’association, la manière avec laquelle elle existe et se situe. Le site internet de F93 vise à rendre visible les nombreuses activités de l’association. Ces dernières ne sont pas rattachées à un même genre – parmi lesquels scolaires, expositions, livres, etc. ; leurs positionnements dans les questions internes agitant l’association sont variés ; leurs manières d’envisager les rapports entre différentes disciplines de savoir diffèrent parfois ; les raisons pour lesquelles elles ont été conçues, ainsi que les partenaires associés, sont également diverses. Au-delà de cette hétérogénéité, ces activités sont traversées par une ligne plus générale. Cette ligne, c’est que « culture scientifique et technique » ne désigne pas seulement un goût pour la discussion, pour l’éducation, ou pour l’appropriation des connaissances les plus actuelles ; elle est aussi ce champ d’expressions en prise avec le déploiement des sciences et des techniques, sensible au « cours des choses », et dont la participation et l’accès ne nécessitent aucune prédisposition. À ce titre, l’association préfère voir dans la notion de public cette présence « en plus », ou « en excès », par rapport à ce qui organise habituellement la formulation des rapports entre cultures, sciences et techniques. Pour autant, il ne s’agit pas de valoriser une forme d’expression « singulière », celle du public, à côté de celle du chercheur, et en cela ajouter un regard « différent » à celui de l’expertise. Les activités de F93 entendent généraliser des questions, former des intérêts nouveaux ou supplémentaires, elles se veulent ouverture des sciences et des techniques sur une infinité de scènes « publiques ». Chaque projet d’activité tente ainsi de faire coïncider les manières de faire des chercheurs, et ce que l’on peut en percevoir, avec des formes et des moyens qui permettent de les penser, de les rendre présents et de les partager. On touche à ce qui serait une « limite » ; à ce qui serait le dehors et le dedans des sciences et des techniques. C’est bien souvent une telle limite qui est en discussion, que certains voudraient franchir, protéger ou questionner. On dit d’ailleurs des « passeurs » qu’ils sont des êtres étranges, qu’ils ont besoin de frontières à seule fin de les contester. Alors F93 une « passeuse » ? Disons que la culture scientifique et technique ne se situe pas nécessairement dans l’enceinte des universités, des entreprises, des laboratoires, exemplairement représentée dans la figure du chercheur ou de l’ingénieur. Elle a lieu et cherche son lieu partout où quelques « sciences et techniques » se donnent à penser. Et pour qui s’est donné ce cadre, il ou elle sait bien qu’il ne s’agit pas seulement de savoir comment marchent l’une et l’autre que d’apprendre de quoi elles peuvent être capables. 

 

Les démarches vous sont présentées par années, en commençant par la saison en cours, puis organisées dans la page par ordre alphabétique. Chaque réalisation témoigne des questions abordées, des attentions portées, des outils et du matériel utilisés ; également de ce qu’il s’agissait de montrer, de décrire, de chercher, d’imaginer, sans oublier les conditions comme les partenaires, les collaborations, les publics associés.

 

*Depuis sa création, l’association F93 est soutenue par le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

 

L’association F93
DANIEL VÉRON, PRÉSIDENT
HENRI BORENTIN, TRÉSORIER
NATHALIE VAGUER, SECRÉTAIRE  GÉNERALE
MARIE-CLAIRE FILLOT, CONSEIL D’ADMINISTRATION
SERGE ROBINEAU, CONSEIL D’ADMINISTRATION

 

L'équipe permanente
Marc Boissonnade, directeur
m.boissonnade@f93.fr
Claire Hazart, directrice administrative et financière
c.hazart@f93.fr
Mathieu Marion, chargé de projets
m.marion@f93.fr
FLORISE PAGès, chargée de projets
F.PAGES@F93.FR

MARIETTE GAILLARD, CHARGée de projets
M.GAILLARD@F93.FR

 

F93 - 70 rue Douy Delcupe - 93100 Montreuil - France. Tél: 01 49 88 66 33 

 

Cette page accueille des photographies extraites de la série Camila San Pedro de Nicolas Silberfaden, Los Angeles, 2017

 

Présentation
Présentation
Présentation
Présentation

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.