F93

F93 est une association de culture scientifique et technique située à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Depuis 1982*, date de sa création, elle tente de fabriquer des petites « machines » qui durent longtemps, le plus longtemps possible. Pour cela, il lui faut se faire une culture, avoir une histoire, des origines, une généalogie ; il lui faut ainsi chercher d’où elle vient et où elle va, même si cela reste toujours bancale.

 

Ce qui importe ce n’est pas qu’une culture se mette elle-même au pouvoir sur les sciences et les technologies, ce sont les formes de relations que celle-ci est susceptible de créer avec l’une et l’autre et les résultats qu’elle en attend. Dans ce cadre, la question posée à F93 n’est plus tant celle d’éclairer l’opinion sur ce que sont les pratiques dites scientifiques ou techniques que d’ouvrir le problème de ce qu’elles deviennent. Nous voulons dire : l’association ne fait pas entrer n’importe comment le scientifique et le technologique sous l’unité de ses pratiques culturelles, elle procède de manière à pouvoir saisir le mouvement d’une pensée, ou celui d’une recherche, d’abord à travers les effets qu’il génère dans son milieu propre, ensuite en essayant de distinguer ce que ce mouvement peut exiger d’un public, ce qu’il rend perceptible et partageable, ce qu’il met en problème. Les sciences et les technologies se retrouvent ainsi comme disposées sous un regard « significatif », et ce qui est « significatif » ce n’est pas que des options culturelles, quelles qu’elles soient, dominent des « objets » scientifiques ou techniques, il est attendu de ces options qu’elles arrivent à conférer le plus d’acuité possible à un propos, qu’elles empêchent des situations et des échanges de se refermer trop vite. A cette première ambition vient s’ajouter l’idée que les activités de F93 se doivent d’apporter des réponses aux polémiques qui entourent ce que devraient être les finalités, la nature, ou les capacités de la culture scientifique et technique, autrement dit tout un fond de problèmes qui posent la question des relations que la culture scientifique a, ou devrait avoir, avec les professionnels et les institutions scientifiques, également avec les arts, la politique, l’éducation, l’enseignement, etc. Pour beaucoup, dont nous sommes, ce qui se passe dans la culture scientifique et technique possède un rapport étroit avec ces autres domaines de la société et ce qui se passe chez eux a un rapport étroit avec la culture scientifique et technique. Cela signifie que le projet général de F93 se caractérise par l’intérêt qu’elle entend porter aux idées que la société se fait des sciences et des technologies et ce, malgré l’immense variété des pratiques et des régimes scientifiques en présence, sans parler de la difficulté d’en suivre les orientations et les contours, et malgré la complexité des expressions que peut en donner le public. Aux yeux de l’association, une démarche culturelle ne peut pas dissocier dans son propos ce qui provient des activités d’un champ scientifique ou technologique des idées que s’en forment les individus. C’est une manière que nous avons de situer d’emblée « Science et Technologie » dans le cours des choses, disons dans le jeu normal voire banal de notre société. C’est une attention particulière à laquelle nous tenons ; celle-ci suppose de savoir former un ensemble de passages dans lesquels les sciences et les techniques ne sont plus comme « soustraites à la vie publique et sociale ». On invoque dès lors des démarches dans lesquelles la possibilité pour le public d’interroger la dynamique de certains problèmes ou de certaines questions scientifiques ou techniques repose en la capacité pour F93 de montrer qu’une partie des éléments qui constituent et animent au quotidien ces mêmes problèmes et questions – il peut s’agir des instruments, des langages, des sources ou des idées – tirent à la fois leur sens et leur réalité des relations que ces éléments entretiennent avec d’autres « cultures », cette fois-ci extérieures aux sciences et aux techniques proprement dites, en l’occurrence des cultures visuelles ou esthétiques, politiques, spirituelles, économiques, etc. En somme, il s’agit de soutenir – si ce n’est de rappeler - la réalité collective de la vie des sciences et des technologies, du caractère commun de cette existence : à ce qui fait que « science, technologie et société » ne sont pas d’abord des entités séparées mais que nous évoluons ensemble, au sein d’un partage dont les entités « discrètes » – les chercheurs, les techniciens, les idées, les publics, les opinions, tous en sont à la fois les aspects et les ponctuations.

*Depuis sa création, l’association F93 est soutenue par le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

 

L’association F93
DANIEL VÉRON, PRÉSIDENT
HENRI BORENTIN, TRÉSORIER
NATHALIE VAGUER, SECRÉTAIRE  GÉNERALE
MARIE-CLAIRE FILLOT, CONSEIL D’ADMINISTRATION
CLAIRE RANNOU, CONSEIL D’ADMINISTRATION
SERGE ROBINEAU, CONSEIL D’ADMINISTRATION

 

L'équipe permanente
Marc Boissonnade, directeur
m.boissonnade@f93.fr
Claire Hazart, directrice administrative et financière
c.hazart@f93.fr
Mathieu Marion, chargé de projets
m.marion@f93.fr
FLORISE PAGès, chargée de projets
F.PAGES@F93.FR

MARIETTE GAILLARD, CHARGée de projets
M.GAILLARD@F93.FR

 

 

F93
70 rue Douy Delcupe - 93100 Montreuil - France
Tél: 01 49 88 66 33 

Cette page accueille des images extraites de la série Formats Perdus réalisée par le photographe Pierre Antoine.

Présentation
Présentation
Présentation

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.