Call it anything

Depuis 2012 

 

Avec les contributions de: 
MARC BOISSONNADE/ DIRECTEUR DE F93
ELISABETH CLAVERIE/ ANTHROPOLOGUE AU CNRS
Patricia Falguières/ historienne de l'art à EHESS
Sophie Houdart/ anthropologue au CNRS
Véréna Paravel, Lucien Castaing-Taylor et Ernst Karel/ cinéastes et compositeur au sein du Sensory Ethnography Lab de Harvard
Mélanie Pavy/ vidéaste
Nataša Petrešin-Bachelez/ CURATOR
Stéphane Sautour/ artiste plasticien
Alexandre Schubnel/ sismologue au Laboratoire de Géologie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris
van Eetvelde SAUTOUR/ DUO artisteS plasticienS

Remerciements:
Myriam Lefkofitz
/ danseuse
ROLAND DESBORDES/ PRESIDENT DE LA CRIIRAD

 

La catastrophe de Fukushima, également désignée comme l'accident nucléaire de Fukushima, a eu lieu le 11 mars 2011. L’importance de cet événement, aussi considérable qu’il apparaît, serait comparable à quelques autres s’il n’était pas en train de susciter autant d’interprétations scientifiques, politiques et artistiques dans tous les pays du monde. Les échos de la catastrophe semblent agir comme autant d’éléments dispersés et produisant là où ils tombent des projets nouveaux, profondément influencés par la mentalité et le climat du pays. On a vu ainsi et on continue de voir des livres, des films de fictions, des documentaires, des expositions, etc. On dirait que chacun éprouve le besoin de se raconter, de se reconnaître et ainsi de se mieux connaître à travers Fukushima. La catastrophe pourrait vite cesser d’être un événement de notre époque pour devenir une sorte de personnage fondateur.

F93 n’a pas échappé à cet « effet » Fukushima. Depuis 2012, l’association réunit régulièrement un collectif de contributeurs. Pour tenter de décrire leurs motivations à l’égard de cette catastrophe, ils évoquent parfois la notion de « parages ». Cette notion signifie une forme de voisinage, cela nomme un voisinage à une distance difficile à mesurer, ce qui n’est ni proche ni lointain, comme une parenté, une proximité, mais sans que l’un n’arrive à l’autre. Au travail, ce collectif est à la fois un univers de face–à-face et d’interaction, mais aussi un univers où tout se passe à distance. Cela offre des situations dans lesquelles tout se lie et se relie, certaines des pistes développées par les uns sont reprises et se retrouvent dans les propositions des autres, dans ce cas, la distance est plutôt résorbée, il y a volonté manifeste de se connaître, de se rencontrer et de se parler. A l’inverse, apparaissent des situations dans lesquelles les approches individuelles sont très séparées ; dans ce cas, force est de constater que la recherche des uns est à l’écart de celle des autres.

 

Expositions / Diffusion :
- TUTTI FRUTTI : intervention de Sophie Houdart, Stéphane Sautour, Mélanie Pavy et Marc Boissonnade à EHESS, sur une invitation de Patricia Falguières. Paris, 2 juin 2017.

- What Can We Learn from a Collective Walk Nearby Fukushima ? : a draft walk on the wild side, conférence de Sophie Houdart et Yoann Moreau, dans le cadre d’un séminaire organisé par Matsumoto Miwao, département de sociologie, Université de Tôdai, Tokyo, 2 novembre 2016.

- D’un certain rapport entre la nature et la technique, conférence de Patricia Flaguières, département de philosophie, Komaba, université de Tokyo, Tokyo, 2 novembre 2016. 

- Marche du collectif dans la région de Fukushima, 24-31 octobre 2016. Rencontre avec : Sylvie Brosseau/ professeure à l'Université de Waseda, Tôkyô (spécialiste de l'histoire urbaine), Oussouby Sacko, architecte/ dean de la faculté des humanités de l'Université Seika, Kyôto, Gaspard Kuentz/ réalisateur et scénariste, Keiichi Ishii/ professeur au Département d'agronomie de l'Université de Sendai/ économiste spécialiste des politiques agricoles. Photos prises pendant la marche à voir sur le Blog de Stéphane Sautour.

- Fukushima mon amour, workshop de Marc Boissonnade, sur une invitation d’Eric Jourdan, Ecole Supérieure d’Art et de Design, Saint-Etienne, décembre 2015. Exposition des projets des étudiants à la XXIè Triennale de Milan, 2 avril- 2 sept 2016.

- La chose radieuse. Vivre en territoire contaminé après la catastrophe de Fukushima, conférence de Sophie Houdart, dans le cadre de la journée sur Le parti pris des choses en sciences sociales, école française de Rome, Rome, le 16 juin 2016. A lire ici.

- Do you not hear the sea ?, exposition de Stéphane Sautour, Galerie Loevenbruck, Paris, 11 déc – 30 janv 2016.

- Au sujet de Fukushima. Essai d’anticipation participante, lecture de Yoann Moreau et Sophie Houdart, dans le cadre du colloque Le théâtre des opérations : mise en scène de l’action, coordination des mouvements et transformation du monde, EHESS, Paris, 15 décembre 2015. 

- Ah Humanity!, projection du film de 23 min. de Véréna Paravel, Lucien Castaing-Taylor et Ernst Karel, pour Nuit Blanche, aux Archives Nationales, Paris, 3 octobre 2015.

- Whether weather…exposition de van Eetvelde Sautour, Artipelag, Stockholm, 6 fév - 3 mai 2015.

- Fukushima, dans les règles de l’art, proposition de Sophie Houdart, Yoann Moreau et Marc Boissonnade, lauréate de l’appel à projets du ministère de la culture et de la communication Pratiques scientifiques et techniques au regard des politiques culturelles : questions et enjeux, mars 2015.

- Whether weather… exposition de van Eetvelde Sautour, galerie Greta Meert, Bruxelles, 13 sept- 8 nov 2014.

- Whether weather… exposition de van Eetvelde Sautour, Studio Li Edelkoort, Paris, 2-25 oct 2014

- Whether weather, publication d’un livret sur van Eetvelde Sautour, 2014. A télécharger ici

- Staying with the trouble, table ronde de Sophie Houdart, Yoann Moreau, Patricia Falguières, Studio Li Edelkoort, Paris, 7 oct 2014. A télécharger ici.

- A propos de Whether weathertexte de Sophie Houdart sur la collaboration de van Eetvelde Sautour, 2014. A télécharger ici.

 

Photographies : Pierre Antoine, Jean-Baptiste Bélanger, ANTOINE DUMONT, Galerie Greta Meert.

Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything
Call it anything