Le feu de l'action

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenants:
Séabstien Zimmer/ chimiste et artificier, Edouard Grégoire et Gabriel Legrand / concepteurs et artificiers chez Arteventia

 

Objectifs:
« Le feu de l’action » est une démarche à double sens : elle entend montrer comment des savoirs, en l’occurrence ceux de la chimie, aident à faire naître des applications, comme ici les feux d’artifices. Mais la démarche entend aussi montrer comment, à l’inverse, l’invention d’un feu d’artifice peut faire évoluer les savoirs de la chimie en suscitant de nouvelles expériences. Accompagnées par un artificier épaulé par un chimiste, les classes plongent au cœur des procédés qui permettent de créer « Feux de Bengale », « Soleils » et autres « Cascades ».

 

Séances en atelier:
Science des combustions
Cette première phase est construite autour d’expériences et de tests : découverte des principes fondamentaux (la maîtrise des proportions, des réactions, des détonations, des frictions) ; compréhension de la propriété des substances (gaz, chaleur, fumée, lumière) ; connaissance des composants et des éléments (poudre noire et métaux, mais aussi potassium ou sodium). Pour compléter cette formation, les classes achètent des artifices dans le commerce pour mieux comprendre les procédés de fabrication : mèche, poudre, tubes en papier, et mécanismes d’allumage sont ainsi analysés.

Formes, couleurs et artifices
Afin d’inaugurer cette seconde phase, les élèves assistent à un feu d’artifice et le filment. De retour en classe, et grâce à la vidéo, ils en commentent les principes à la fois techniques et artistiques. Une attention particulière est portée au « scénario » : ouverture, tableaux aériens ou au sol, rythmiques et bien sûr, bouquet final.
C’est maintenant au tour des élèves de concevoir leur propre « histoire ». Avec l’intervenant artificier, la classe séquence, dessine, imagine les couleurs et les formes ; elle rassemble ses intentions dans un scénario qu’elle consigne sur papier. Certains artifices prévus dans le scénario sont ensuite testés dans un parc. Le groupe visite l’espace prévu pour son projet final ; elle étudie les normes de sécurité nécessaires à son installation et passe enfin commande du matériel nécessaire. 

 

Collèges:
- CLASSE DE 4è 5, collège Jean Jaurès, Saint-Ouen
- CLASSE DE 4è 5, collège Saint-Exupéry, Noisy-le-grand
- classe de 4è, collège Mitterrand, Noisy-le-grand

 

Photo: PIERRE ANTOINE

Le feu de l'action
Le feu de l'action
Le feu de l'action
Le feu de l'action