Lutte prolongée

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenants:
Grégoire Binois, Robi Morder/ Historiens

 

Objectifs:
Parmi les dates qui peuvent offrir des clés de compréhensions de la France contemporaine, on trouve celle de Mai 68. La capacité de cet événement à dire ce qu’il en est d’aujourd’hui tiendrait en partie à son caractère controversé. Apparemment, personne n’est vraiment d’accord sur ce qui s’est passé à l’époque et sur la portée des changements attendus, espérés ou redoutés.

Séances en atelier:
Jour après jour
En suivant et en appliquant les méthodes employées en histoire, en particulier le recours et l’utilisation d’archives et de documents nombreux et variés (journaux d’époques, films, livres d’histoires, visite de sites), les élèves doivent reconstituer le plus précisément possible la chronologie de mai 68. Ce faisant, le groupe s’approprie les différentes dimensions de l’événement (déroulement, forces en présence, aspects politiques, philosophiques, sociologique, etc.), les élèves consignent sur papier les aspects qui retiennent le plus leur attention.

Avec le temps
La classe identifie et rencontrent des témoins et des acteurs de l’époque : qui étaient-ils en 68, et qu’ont-ils pensé de l’événement ? Cela les a-t-il influencé dans les années qui ont suivi ? Et aujourd’hui, que sont-ils devenus ? A travers les paroles livrées, les élèves essayent de cerner les principaux motifs de cette « révolte », mais aussi les changements qu’elle a générés chez les individus. Avec l’intervenant, les élèves classent ensuite les témoignages par catégorie : les conditions de travail, le statut de l’individu, le rapport à l’autorité, la libération sexuelle, etc.

Et nous ?
Il s’agit pour les élèves de rechercher, cinquante ans après, les traces tangibles de l’événement dans la société de 2018 : où sont les rêves de 1968 ? A la suite de cela, les élèves proposent une analyse des idéaux de 68 qui pourraient trouver un certain écho auprès de leur génération. Cette mise en perspective historique est enfin l’occasion d’un exercice d’utopie pour les élèves : de quelle société rêvent-ils ? Et de quelles transformations ? 

Remerciements:
Ioanna Kasapi / Cité des mémoires étudiantes, Aubervilliers

 

Photo: PIERRE ANTOINE

Lutte prolongée
Lutte prolongée