Hors le sol

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenants:
Botanistes

 

Objectifs:
Cette démarche ne consiste pas en un simple détournement ou une variation autour de la culture des plantes ; c’est plus nouveau. Ici, on ampute la technique habituelle d’un de ses éléments essentiels : on minore complètement l’apport de la terre nourricière, on se passe de tout substrat, on délaisse l’apport de lumière. Les réalisations ont pour nom hydroponie, NFT et aéroponie.

Séances en atelier:
De quoi parle-t-on ?
En amont de cette séquence, les élèves ont été séparés en trois groupes et chacun a dû préparer un court exposé sur l’hydroponie, la « NFT » et l’aéroponie. En classe, une fois les exposés présentés, l’intervenant prolonge les présentations en commentant des exemples de cultures réelles et en apportant des échantillons de matériels utilisés dans ces circonstances (films transparents, rampes d’irrigation, système de goutte à goutte, éléments nutritifs, etc.).

Sous contraintes
Pour apprécier l’originalité des procédés à mettre en œuvre, la visite d’un site pratiquant une agriculture raisonnée ou alternative est organisée. Les élèves doivent maintenant concevoir trois installations : la classe doit choisir les plantes à cultiver (fleurs, légumes, aromates, fruits, etc.); associer chaque fois une technique; définir les outillages et les montages nécessaire à sa réalisation. Un document écrit rassemble les éléments des trois projets. Pour finir, des groupes se répartissent une séries de tests : de montage, de semences, de nutritions, etc.

Croitre et multiplier
Les trois installations, à base d’hydroponie, de « NFT » et d’aéroponie, sont fabriquées par la classe. En vue de comparer le bien-fondé de ces démarches, les élèves réalisent une seconde version des plantations, cette fois-ci sous une forme « traditionnelle » (en terre, avec eau et lumière). Les deux versions sont installées au collège. Elles font l’objet d’un suivi par les classes : on mesure; on photographie; on aide si besoin. Durant cette phase, des visites de « chantier » sont proposées à d’autres élèves.

 

Photos: PIERRE ANTOINE

Hors le sol
Hors le sol
Hors le sol
Hors le sol
Hors le sol