L'art du scope

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenants:
Camille Degeye, Pierre-Alain Delisse, Étienne Barrier/  Cinéastes

 

Objectifs:
Voici un voyage aux confins du cinéma et de l’illusion, un temps où régnaient le zootrope, le stroboscope ou le praxinoscope. Toutes ces inventions reconstituent le mouvement à partir de dessins ou de photographies et ont pour point commun la perception de notre cerveau : celui-ci ajoute du déplacement là où il n’y a que du fixe. En appliquant les procédés du pré-cinéma à des histoires d’aujourd’hui, les élèves doivent relever le défi d’une vision spectaculaire.

Séances en atelier:
En quelques secondes
Le cinéaste se fait historien, il emmène la classe à la fin du XIXe siècle : jeux d’optiques du pré-cinéma, créations visuelles d’Émile Raynaud, etc. En ce temps-là, quelques secondes suffisent pour émerveiller le « spectateur » : battement d’ailes, danse en couple, déplacement d’un cavalier. Une visite des collections de la Cinémathèque montre la réalité de cette période.

La fabrique des histoires
Nous voici revenus en 2018 : quelles histoires pour le spectateur d’aujourd’hui ? Et que peut-on raconter en quelques secondes ? Est-ce à nouveau le quotidien de la vie ? Et lequel, celui des élèves ? Ou faut-il basculer, à l‘inverse, dans l’imaginaire, le rêve, l’abstrait ? L’intervenant guide les élèves parmi ces nombreuses questions. Ils les aident à définir des situations, concevoir un propos général. Cette approche est rapidement alimentée en images fixes : dessins; photos; illustrations. On prend le temps d’effectuer des premiers montages entre images pour tester l’idée d’enchaînement.

Images-mouvement
Les élèves doivent maintenant finaliser un maximum d’histoires courtes et se projeter sur la restitution finale. Pour les y aider, ils vont disposer de véritables procédés de mise en mouvement : praxinoscope, stroboscope, zootrope, etc. Les histoires sont définitivement mises en images ; celles-ci sont installées sur les procédés pour visionnage. En fonction des résultats des améliorations sont apportées. À ce stade, les élèves n’ont plus qu’à associer des musiques d’illustration.

 

Photos: PIERRE ANTOINE

L'art du scope
L'art du scope
L'art du scope
L'art du scope
L'art du scope