Les courts circuits

Projet d'éducation aux images (PEI) de 80h.
Démarche initiée par la mission « Culture et art au collège » (MICACO).

 

Intervenants:
Artistes, historiens de l'art, sociologues, citoyens, graphistes, théoriciens des medias...

 

Modalités:
Cette initiative place une classe d’élèves, et sur ce point peu importe le niveau, au contact d’images. Cette formule signifie que l’approche est volontairement très ouverte. Les images appelées à circuler pourront déjà exister, et dans ce cas-là elles pourront provenir de différents champs (artistique, médiatique, privé, scientifique, etc.) ou bien elles seront à créer, et dans ce cas-ci les élèves auront à disposition différentes techniques, règles et savoir faire. Faire circuler des images est une formule qu’il faut là aussi entendre comme ouverte à plusieurs principes : les élèves pourront regarder des images, en détruire, en parler, en rire où apprendre d’elles. Ils pourront également échanger sur les images. Et surtout, les élèves auront à exposer tout ce qu’ils souhaitent que l’on partage avec eux. Pour tenir ce cap de l’ouvert, on se propose de gentiment « court-circuiter » deux notions classiques, celle « d’intervenant principal » et celle qui consacre l’enchaînement « Atelier », « Sorties » puis « Restitution ». Concernant le premier point, la classe n’aura pas, présent en classe pendant 40 heures, un intervenant unique spécialiste d’une approche. A la place, les élèves bénéficieront d’une série d’intervenants spécifiques qui se répartiront sur des moments différents (même si certains pourront intervenir ensemble). Concernant le déroulé de la démarche, le volume horaire de cette démarche ne s’étalera pas sur plusieurs mois, avec des séances en classe et à l’extérieur ; tout sera concentré sur six jours complets, du lundi au samedi soir suivant.

Déroulement général:
La classe est accueillie dans un centre culturel de Seine-Saint-Denis, par exemple le 116 à Montreuil. Pendant six jours, du lundi matin au samedi soir suivant, les élèves disposent d’un espace pour se réunir, travailler avec un ou des intervenants, accueillir des invités, et exposer leur démarche à un public. Du lundi matin au vendredi après-midi, les journées sont découpées en activités. Certaines journées comptent une grande et unique phase de travail (workshop) ;  d’autres, à l’inverse, sont divisées en deux ou trois moments de quelques heures (ateliers, analyses, approfondissement, discussion). Chacun des ces temps associe un ou plusieurs intervenants. Un intervenant est quelqu’un qui, en amont, a organisé une séquence de travail pour les élèves ; il a prévu à cet effet des outils (de recherche, de création, techniques), il a défini des objectifs et a prévu des résultats.
Dans certains cas, en particulier au moment des déjeuners, on trouve plutôt des invités aux côtés des élèves. Un invité est quelqu’un qui vient participer à une action, à la demande des élèves, sans avoir à préparer quelque chose, sa présence est néanmoins importante pour le sens et le déroulement de la séquence à laquelle il participe.
La journée du samedi sera réservée au public, celui-ci pourra découvrir l’ensemble de la démarche à travers de nombreux supports exposés ; ceux qui le souhaiteront pourront également solliciter des explications auprès des élèves.

Au programme:
Parmi les intervenants susceptibles d’organiser une séquence, seuls ou à plusieurs, d’une journée ou de la moitié, on peut citer en priorité des représentants des arts, des médias, des arts appliqués, des sciences, du numérique : ici, élèves et intervenant(s) non seulement se mettent au travail ensemble mais livrent au final une trace capable de traduire leur rencontre : objets, textes, etc..
Les déjeuners du midi seront des salons où l’on mange et où l’on parle images. Les élèves auront à programmer des menus, des sujets de discussions, et à solliciter des invités : des individuels (historien, artiste, collectionneur, journaliste, parent, philosophe, juriste, éditeur), des représentants provenant d’institutions artistiques et culturelles, d’associations (comme les aveugles), des membres de collectifs, des élus, d’autres élèves, etc.

Phase préparatoire:
Avant de participer à cette semaine, les élèves auront à s’occuper de certains points du programme définitif. Pour les y aider, ils bénéficieront à la fois de F93, à travers son chargé de projet, et de deux ou trois sorties à l’extérieur dont le lieu d’accueil.

 

Photos: PIERRE ANTOINE

Les courts circuits
Les courts circuits
Les courts circuits
Les courts circuits