Les artificiels

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenants : Chimistes ; Artificiers

 

Objectifs :
Le long d’un parcours mêlant découverte scientifique, solutions techniques et art du récit, les élèves vont bénéficier d’une rencontre inédite entre la chimie et la pyrotechnie. Grâce aux compétences conjointes d’un chimiste et de deux professionnels des feux d’artifices, il s’agit de maîtriser les « Feux de Bengale », les « Étoiles filantes » et autres « Comètes ». Pour compléter cette approche, les classes assurent la réalisation d’un spectacle en plein jour.

Séances en atelier :
Les corps en transformation
Quelles sont les réactions, les corps, les transformations que l’on retrouve dans le matériel utilisé par les artificiers ? Avec le chimiste, les élèves passent en revue les différentes connaissances acquises : découverte des principes fondamentaux (maîtrise des proportions, des réactions, des détonations, des frictions) ; compréhension de la propriété des substances (gaz, chaleur, fumée, lumière) ; connaissance des composants et des éléments (poudre noire et métaux, potassium ou sodium). Pour finir, les classes analysent différents artifices ordinaires provenant du commerce: mèches, poudres, tubes en papier, mécanismes d’allumage. La classe peut maintenant se préparer à concevoir son propre divertissement.

Plein soleil
Cette seconde phase est inaugurée en vidéo : l’intervenant montre aux élèves un feu d’artifice en commentant les principes de conception artistique. Une attention particulière est portée au « scénario » : ouvertures, tableaux aériens ou au sol, rythme et bien sûr, bouquet final. Au tour des élèves de concevoir leur propre « histoire » en intégrant l’impératif du feu d’artifice de jour. Quelles sont les spécificités à prendre en compte ? Quelles différences y a-t-il avec un feu d’artifice tiré la nuit ? Avec l’intervenant technique le groupe intégrera une série de contraintes : nature du terrain, durée envisagée, coût du matériel, sécurité du public… la classe séquence les effets visuels et sonores qu’elle souhaite : usage de fumées colorées, de flashs, de détonations. On dessine, on rassemble toutes ses intentions. Le groupe se distribue les responsabilités qu’il faudra tenir le jour du feu d’artifice.

 

Dessins: JACQUES FLORET

Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels
Les artificiels