Le bureau des légendes

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenants : facteurs de masques, plasticiens

Objectifs :
Explorer, en provenance du Pérou, de Suisse ou de France, l’esprit particulier qui souffle sur certaines créativités : mélange de traditions, de rites et de fêtes, dans lesquelles le déguisement est poussé à un haut niveau de sophistication. En témoignent les images qui montrent des personnes arborant d’étonnantes silhouettes : ici un quasi-animal, là un esprit, un « dieu-démon », etc. Une fois conçues, il s’agira aussi d’apprendre à activer ces « créations ».

Séances en atelier :
La force de l’autre
D’où proviennent les personnages des fêtes populaires ? Sur la base de documents visuels, l’intervenant engage une analyse sur les déguisements et sur le contexte de leur naissance : le carnaval, en termes de transgressions des rôles sociaux, des genres, des hiérarchies ; le recours aux matières et aux formes (le feuillu, les plumes, les peaux, de bois) ; l’intégration de différents récits (vaudou, imaginaires, contestataires). Ce tour d’horizon sert de base aux élèves pour concevoir un répertoire de formes, de styles, de panoplies.

Le récit et ses formes
Chaque classe imagine un projet. Il s’agit d’abord de formuler un récit général dans lequel chacun pourra explorer le principe d’une création : à qui les collégiens veulent–ils faire la « fête » ? Au temps présent ? A eux-mêmes ? A un « invisible » ? L’intervenant conduit ensuite un travail individuel sur les personnages à travers des croquis préparatoires, la conception d’ossature, d’accessoires. Des dessins finalisés livrent les projets d’élèves : têtes portées sur les épaules, masques et costumes, géants collectifs et articulés, etc.

Avec plumes
La réalisation constitue l’étape suivante. A cette occasion, se pose la question du réemploi et du bricolage (papier, carton, tissus, fibres) ; mises en forme et articulations sont stabilisées en vue d’une manipulation plus réaliste. Un soin particulier est apporté à la finition pour laquelle les élèves convoquent alors pigments, plumes, ossements, maquillage et singularisent leurs créations.

 

Dessins: JACQUES FLORET

Le bureau des légendes
Le bureau des légendes
Le bureau des légendes
Le bureau des légendes
Le bureau des légendes