Les inconscients

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenant-e-s :
psychanalystes / psychothérapeutes

Chargée de projet :
Florise Pagès

 

Objectifs :
Si la psychanalyse est cette pratique qui rend possible la compréhension de notre vie psychique, comment s’y prend-elle et quels sont ses moyens d’investigation ? En considérant l’histoire de la discipline, les classes se plongent dans les formations de l’inconscient, qu’elles soient ici rapportées à un individu ou à une société.

Atelier:
Pourquoi la psychanalyse ?
Pour répondre à cette question avec les élèves, l’intervenant s’entoure des grandes figures de la discipline - Freud, Jung, Winnicott, Dolto, Lacan. Avec les élèves, il s’agit de retracer ce que chacun a découvert et comment : pourquoi parler d’inconscient et où se cache-t-il ? Qu’est-ce qu’un lapsus ? Que faire des rêves ? Et qu’est-ce qu’une pulsion et un désir ? A l’issue de cette étape, les collégiens disposent d’un répertoire organisé des principaux termes de l’analyse.

Des êtres de langage
La classe avance dans la compréhension du psychisme en travaillant cette fois sur les manifestations psychopathologiques de la vie quotidienne ; ainsi, ils rassemblent des cas exemplaires : images publicitaires, extraits de films, photos, fautes de frappe, un mot pour un autre, récit de rêves, actes manqués, déjà-vu… Par groupe, ils se répartissent les cas et tentent de les interpréter à travers différentes grilles de lecture fournies par l’intervenante. Sur la base de ces premières analyses, la classe apprend à enrichir les interprétations en convoquant d’autres relations : aux émotions, aux pulsions, à un conflit ou à des mécanismes de défense du moi. Par des jeux de mises en scène, les élèves approfondissent encore ce matériel avec les notions de refoulement, régression, déplacement, dénégation…

Miroir, mon beau miroir
La classe se concentre à présent sur deux grands mythes fondateurs de la psychanalyse : Œdipe et Narcisse. Les élèves lisent les récits originaux puis l’intervenant montre leur usage en analyse : compréhension des rapports sociaux, rôle de l’enfance dans le psychisme, relations parentales, etc. Les élèves poursuivent leur enquête en abordant cette fois-ci la notions de transfert ; il s’agit de comprendre les mécanismes de la cure : le principe des séances, la motivation des analysants. Enfin, élèves et intervenant en viennent à la question centrale : si la psychanalyse ne guérit pas, que fait-elle ? Et à quoi tient son succès ? Une enquête est menée auprès d’analysants volontaires.

 

Collèges :
- René Descartes, Le Blanc-Mesnil
- Jules Michelet, Saint-Ouen

 

Photos: DAMIEN DELDICQUE, JÉRÔME AUBRY & ALEXANDRE SCHUBNEL, LABORATOIRE DE GÉOLOGIE DE L’ENS PARIS. 

Les inconscients
Les inconscients
Les inconscients
Les inconscients