L'épreuve des feux

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenant-e-s:
Chimistes, artificiers

Chargé de projet:
Mathieu Marion

 

Objectifs:
Voici une démarche dont le titre à lui seul résume les enjeux. Il est d’abord question de parcourir les techniques qui unissent la chimie et l’art des artificiers : combustion, comburant et combustible, comment ça marche ? Quelle constitution et quelle composition juste pour mélanger le souffre, le salpêtre et l’aluminium ? Ensuite, il s’agit de participer à une compétition. Place aux candidats et à leur projet final devant jury : dans quelles catégories rivaliser ? Avec quels effets (lumières et sons), quelle histoire, quelle mise en scène et quelle musique ?
Pour aider les élèves à naviguer dans cet univers et élaborer leur propre création, l’atelier se structure en deux étapes :

Atelier:
« Science des combustions »

Quels sont les liens entre la chimie et la pyrotechnie ? Quelles sont les réactions et transformations chimiques qui se font lors de la combustion ? Pour comprendre le fonctionnement des feux d'artifice, la classe plonge au cœur de différents procédés pyrotechniques. Accompagnée par le chimiste, cette première phase est construite autour d’expériences et de tests : découverte des principes fondamentaux (la maîtrise des proportions, des réactions, des détonations, des frictions) ; connaissance des composants et des éléments (poudre noire et métaux, mais aussi potassium ou sodium). Pour compléter cette formation, les classes décortiquent des artifices du commerce : mèches, poudres, tubes en papier, et mécanismes d’allumage sont ainsi analysés.

« Formes, couleurs et artifices »
Grâce à la vidéo, les élèves décortiquent un feu d’artifice, ils en commentent les principes à la fois techniques et artistiques. C’est maintenant au tour des collégiens de concevoir leur propre « histoire » et de découvrir les trois  critères  du concours final ( synchronisation, meilleurs effets, originalité des tableaux). Avec l’intervenant artificier, la classe séquence, dessine, imagine les couleurs et les formes mais intègre également des effets visuels et sonores propres à un spectacle pyrotechnique original : des fumées colorées, des flashs, des détonations un choix de musique… elle rassemble ses intentions dans un scénario qu’elle consigne sur un logiciel conception de feux d’artifice.

 

Collèges:
- Antoine Laurent de Lavoisier, Pantin
- Marcelin Berthelot, Montreuil
- Jean Jaurès, Saint Ouen
- Marcel Cachin, Le Blanc Mesnil
- Maximilien Robespierre, Epinay-sur-Seine

 

Photos: Damien Deldicque, Jérôme Aubry & Alexandre Schubnel, Laboratoire de Géologie de l’ENS PARIS. 

L'épreuve des feux
L'épreuve des feux
L'épreuve des feux