La même et l'autre

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenant-e-s:
artistes

chargée de projet:
Mariette gaillard

 

Objectifs:
Cette démarche invite les classes à s’approprier consciemment des œuvres piochées dans l’art contemporain. Il ne s’agit pas ici de parler de copie, de plagiat, encore moins de détournement, mais bien de réaliser une démarche de création en utilisant un geste d’appropriation : réutiliser du matériel esthétique existant, soit avec exactitude, soit en s’autorisant des manipulations.

Plongée dans l’art
L’originalité d’une œuvre est-elle la valeur absolue ? Se réapproprier une œuvre d’art emblématique lui fait-elle perdre tout intérêt ou renforce-t-elle sa puissance évocatrice ? Pour répondre à ces questions, l’intervenante propose aux élèves une plongée dans le courant appropriationniste à travers la découverte de quelques-unes de ses figures emblématiques. Cette entrée en matière permet aux élèves d’initier une première réflexion autour du geste créatif et de ce qui fait de ces œuvres des œuvres d’art.

Les règles de l’art
Une œuvre, préalablement sélectionnée par l'intervenante en concertation avec l’enseignante, fait alors son entrée dans la classe. Les élèves listent minutieusement la manière dont l’artiste a procédé pour sa création (support, couleur, matériau…). A partir de cette liste précise d’éléments, ils s'attèlent au travail d’appropriation. Féminiser une œuvre, radicaliser l’utilisation d’un matériau, jouer avec les contraintes spatiales… avec l’aide de l’intervenante, les élèves opèrent des choix dans les manipulations auxquelles ils se prêtent en utilisant les différentes techniques qu’elle travaille. Le groupe crée peu à peu une œuvre collective qu’il soumet ensuite à son propre regard.

Chaque fois unique ?
Une fois leur œuvre terminée, les élèves se placent à bonne distance et reprennent avec leur enseignante et l’artiste plasticienne les questions que tou.te.s se posaient au début de l’atelier. Ils convoquent également des interrogations plus larges et très actuelles : à qui appartient l’art ? Qui peut s’approprier l’art des sociétés autochtones ?

 

Photos: PIERRE ANTOINE / STÉPHANE SAUTOUR

La même et l'autre
La même et l'autre

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.