Mémoire sélective

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenant-e-s:
HISTORIEN-NE-S

Chargée de projet:
Mariette Gaillard

 

Objectifs :
Cette démarche d’histoire s’intéresse à ces mémoires qui s’incarnent dans des commémorations de plus en plus nombreuses et médiatisées. Pour les classes, il s’agit de décrypter le rôle des historiens dans ces situations pour voir comment se définit ce qu’il est souhaitable ou préférable d’honorer ; il s’agira aussi de revenir sur des enjeux et des passions plus actuels : les mouvements sociaux visant à débarrasser l’espace public de certaines statues.

Déboulonner les statues ?
 Avec la classe, l’intervenant.e revient sur les mouvements actuels qui visent à déboulonner et à bannir de l’espace public des statues accusées de porter atteinte à certain.e.s citoyen.ne.s. A travers des coupures de journaux, des extraits d’émission, des photos, ils se penchent sur quelques-unes de ces actions emblématiques et caractérisent les revendications mémorielles qui les sous-tendent. « Lois mémorielles », associations de descendants, tribunes appelant à la « repentance » ou la dénonçant, commémorations sont également mobilisées pour dresser une liste des protagonistes qui s’affrontent dans ces séquences mémorielles.

Mémoires sensibles
L’historien.ne propose à la classe de s’arrêter sur l’émergence et l’évolution des mémoires de l’un de ces moments de l’Histoire dont les remous continuent d’agiter nos sociétés contemporaines. En se plongeant dans des sources de nature variée (témoignages écrits et oraux, documents officiels, débats entre chercheurs…), les élèves appréhendent progressivement les différences qui existent entre histoire et mémoire. Se dessine aussi le rôle que l’historien peut jouer pour sortir de ces conflits de mémoires en en proposant une histoire commune et partagée.

Faire entrer le passé dans le présent
Arrivés à ce moment du parcours, les élèves reviennent à ces noms de rue, à ces statues et à ces monuments commémoratifs qui saturent l’espace public et qui, parfois, font polémique. Ils en sélectionnent quelques-uns qui ont à voir avec le sujet qu’ils ont étudié et interrogent leur légitimité, leur pertinence ou leur obsolescence au regard des revendications actuelles, mais aussi des recherches en cours. Après en avoir débattu ensemble, et avec l’historien.ne, ils choisissent de les conserver ou de les remplacer et d’honorer de nouveaux personnages pour faire entrer le passé dans le présent.

 

Photos: PIERRE ANTOINE / STÉPHANE SAUTOUR

Mémoire sélective
Mémoire sélective
Mémoire sélective
Mémoire sélective

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.