Résidence Agora

Destinée aux collèges, la résidence « Agora » est une démarche dont l’objectif principal, comme toutes les initiatives « Agora » créées et soutenues par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, vise à proposer une éducation aux médias et à l’information. D’une durée totale comprise entre 75 et 80 heures, elle prévoit un programme d’activités réparti sur l’année scolaire : celui-ci comprend à la fois des ateliers de pratique, des visites en classes, des sorties, une ou plusieurs restitutions en public. Ce qui suppose des activités sur le collège et en dehors. 

 

Intervenant-e-s:
SOPHIE JÉHEL / maître de conférence, MANON BERRICHE / doctorante au Medialab de Sciences Po, Thomas Tari / sociologue, journalistes

Chargé-e-s:
Mariette Gaillard, Florise Pagès, Mathieu Marion

 

Objectifs:
Ne faudrait-il pas cesser de présenter les médias et l’information comme quelque chose de fini et de fermé, qu’il s’agirait au final pour les jeunes d’accepter ou de détourner ? A cette question, sorte de « fil rouge » que l’on se propose de suivre durant l’année, beaucoup d’observateurs répondent que le fonctionnement des médias évolue sans cesse, et d’abord sous les jugements et les actions des professionnels eux-mêmes. La résidence AGORA se donne comme un moment idéal pour engager le dialogue : d’une part, avec ces mêmes professionnels, d’autre part, avec la présence de chercheurs en classe. Dans les deux cas, grâce à des intervenants familiers du « monde » médiatique : des aspects à la fois structurant et émergents, des pratiques qui comptent aujourd’hui y compris quand elles se veulent contestataires en proposant d’autres définitions et d’autres modèles pour informer le citoyen.

Atelier:
Sciences et informations
F93 souhaite confier à des chercheurs en sciences humaines et sociales la possibilité d’expérimenter toutes une série de questions avec les élèves. On pense en particulier à des travaux en sociologie des médias décrivant les phénomènes les plus actuels, parfois très localisés, et à propos desquels les chercheurs eux-mêmes sont les premiers à s’interroger sur le sens de ces évolutions. En termes d’enquêtes « participantes », une des deux classes en parcours « complet » pourraient explorer les pistes suivantes : « Les pratiques d’information chez les jeunes : que signifie être informé pour eux ? » ; « S’informer sur Instagram, Snapchat, YouTube ? », « Les sites d’informations destinés aux adolescents », « Le rôle du public dans l’information culturelle », « Information et téléréalité » ; « Réseaux sociaux et discours de haine » ; « Pourquoi parle-t-on de fake news ? » ; « Informations, vie privée, données personnelles » ; « Qu’est-ce que le journalisme aujourd’hui ? » ; « Le journal télévisé : pour quoi faire ? » ; « Information, émotion et affects » ; « La jeunesse vue par la presse » ; « Qu’est-ce qu’une diversité médiatique ? », etc. Pour former un parcours de recherche et d’expressions, ces pistes seront découpées en différents « terrains » - autrement dit quels sont les lieux et les situations où se rencontrent ces questions de manière exemplaire ? (Presse papier – locale ou nationale, magazines spécialisés, média numérique, réseaux sociaux, TV, etc.) ; les « terrains » seront investis par les élèves à travers des outils gradués d’observation – connaissances des élèves, questionnaires dans l’entourage, auprès de publics ciblés (écrit, son, vidéo), cartographie et mesures d’activités, résultats d’enquêtes professionnelles ; qu’il faudra enfin matérialiser en vue de les analyser, de les comparer et de les restituer : à l’aide de formats « classiques » – écrit, articles, ou de formats dynamiques (blog, site internet) ou multimédia (podcast, film). L’idée étant qu’à la fin, une enquête puisse être livrée en public : qu’elle soit pour la classe participante tout autant un support d’échanges et d’invitations au dialogue, une expérience de recherche encadrée (sociologie), un témoignage de leurs intérêts et de leurs pratiques personnelles.

Médias, information et évènement
Pour cette seconde entrée – destinée à l’autre classe inscrite en parcours « complet », F93 propose de croiser une partie des questions déjà évoquées avec un évènement médiatique de portée nationale : les élections présidentielles de 2022. Si l’on se met à suivre les médias qui aborde les présidentielles, et d’ailleurs où faut-il regarder ? – qu’est que cela peut bien raconter de l’information, du public, de l’évènement lui-même ? En effet, quels rôles jouent les médias dès lors qu’il s’agit d’éclairer les citoyens au sujet des programmes des différents candidats ? Dans ce cas, un intérêt particulier sera porté aux propositions ayant trait à l’écologie, aux développements technologiques, à la santé. Pour conduire cet atelier, F93 a souhaité mobiliser des intervenants de « Forccast », une initiative imaginée à l’origine par SciencesPo. Elle présente deux intérêts : 1/ elle privilégie les aspects « conflictuels », autrement dit les « endroits » qui concentrent des acteurs poursuivant des logiques souvent contradictoires voire opposées et 2/ elle propose des modes d’enquêtes en petits groupes et assez vivants, car basées sur des outils autant visuels que narratifs, autant analytiques que quantitatifs, etc.

Les « rendez-vous » de l’information
« Quelle que chose qu’il nous faudrait savoir (à propos de l’information) ». Ce second axe a pour objectif d’accueillir au collège, le temps d’un débat, une série d’invité.es appartenant à la catégorie des « producteurs » : qui sont celles et ceux qui se donnent pour rôle et mission de dire « ce qui se passe et ce qui s’est passé » ? De quelles réalités souhaitent-ils témoigner ? Surtout quand ils ou elles entendent contester les modèles classiques de production et de circulation, entendent rendre compte de sujets méconnus ou ignorés, entendent mieux représenter le « public » et en cela créer une relation plus directe avec eux. Et en retour, quelles sont les attentes des élèves concernant ces mêmes « producteurs » ? En attendent-ils d’ailleurs quelque chose, ou bien de la proximité, du sérieux, du divertissement ou bien tout cela à la fois ?

Les lieux de l’information
En compléments d’une résidence qui devrait mettre l’accent sur la recherche, l’étude, l’argumentation, en fonction d’angles et de questions précises, F93 propose aux élèves de vivre une situation plus ouverte. Pour cela, certains auront l’occasion de passer une demi-journée « au cœur » d’une entreprise médiatique : Libération, Le Parisien, Le monde, France télévision, TF1, France Inter, etc. L’objectif consiste à montrer un environnement de travail – les métiers, l’organisation interne, la connexion « au monde » ; de voir comment travaille une équipe de rédaction et comment se fabrique une information « en continue ».

 

Collège:
- collège Aimé et Eugénie Cotton, au Blanc-Mesnil

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.