Hors le sol

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenant:
Simon Ronceray, Agronome

Chargé de projet:
Mathieu Marion

 

Objectifs:
Cette démarche ne consiste pas en un simple détournement ou une variation autour de la culture des plantes ; c’est plus nouveau. Ici, on ampute la technique habituelle d’un de ses éléments essentiels : on minore complètement l’apport de la terre nourricière, on se passe de tout substrat, on délaisse l’apport de lumière. Les réalisations ont pour nom hydroponie, NFT et aéroponie.

Séances en atelier:
De quoi parle-t-on ?
L’intervenant a expliqué le fonctionnement des techniques innovantes les plus utilisées : l’hydroponie, la permaculture, l’aquaponie.. Durant cette phase, les élèves ont manipulé des échantillons techniques essentiels à ces procédés : chambre, raccords, éclairages, semis, etc. les grands enjeux de l’agriculture urbaine on également été abordés, en tant que vecteur de transition écologique, mais aussi en tant qu’objectifs (production alimentaire, biodiversité, animations à l'environnement, défis technologiques, etc.) et contraintes générées par le manque de place disponible et les pollutions couramment observées en ville.

Sous contraintes
Pour apprécier l’originalité des procédés à mettre en œuvre, la visite de 3 sites pratiquant une agriculture raisonnée ou alternative a été est organisée ; Ferme urbaine de Paris, toit d’Agroparistech et maraîchage urbain à Vitry-Sur-Seine. De retour en classe, les élèves on du concevoir trois installations : ils ont choisi les plantes à cultiver (fleurs, légumes, aromates, fruits, etc.), associé une technique, défini les outillages et les montages nécessaire à sa réalisation. Un document écrit a rassemblé les éléments des trois projets. Enfin, la classe a voté pour savoir quelle technique serait réalisée en grandeur nature.

Croître et multiplier
La classe a choisi la technique de l’aquaponie ; répartis en groupes, les collégiens ont réalisé le module (tests, montage, choix des semences…). En vue de comparer le bien-fondé de cette démarche, les élèves ont ensuite réalisé une seconde version des plantations, cette fois-ci sous une forme « traditionnelle ».  Les deux versions ont été installées dans le jardin du  collège. Elles ont fait  l’objet d’un suivi par la classe avec des mesures, des prises de vue photographiques ... Durant cette phase, des visites de « chantier » ont été proposées à d’autres élèves.

Montrer:
Le 21 juin 2018, premier jour de l’été, les élèves ont offert un accès à leurs plantations. À la possibilité de découvrir leur installation d’aquaponie, ainsi que les plantes « témoins », s’est ajoutée celle de lire une série de documents, notamment visuels, retraçant l’évolution des dispositifs au cours des deux mois précédents.

 

Sorties:
- Toit cultivé Agroparistech
- Ferme urbaine de Paris
- Site de maraîchage urbain de Vitry-Sur-Seine

collège:
- Classe de 5ème du collège Cesaria Evora de Montreuil

 

Photos: PIERRE ANTOINE

Hors le sol
Hors le sol
Hors le sol
Hors le sol
Hors le sol