Les Mousseaux 2024

saison 1

La résidence "In-situ" est un dispositif mis en place dès 2007 par le Département de Seine-Saint-Denis consistant à inviter un /des artistes ou chercheur(s) dans un des collèges du département le temps d’une année scolaire, en lien avec une structure culturelle. Tous les champs de la création artistique contemporaine et de la recherche scientifique ou universitaire sont concernés. Il(s) ou elle(s) sont accueilli(es) pour mener un travail personnel. Il peut s’agir de la poursuite d’un travail en cours ou de la mise en œuvre d’un travail spécifique à cette occasion. Ces résidences de création ont pour but de soutenir une démarche artistique et/ou un processus de création d'un artiste ou d'un collectif, de rendre présente la création au plus près de la communauté scolaire et d’expérimenter une rencontre entre des projets artistiques et éducatifs.

 

Intervenant-e-s
Angus Torode, Julien Duez, Sandrine Lefèvre, Éric Bruna /journalistes sportifs, Nicolas Perrin /musicien-compositeur, Pierre-Olaf Schut, Sandie Beaudouin /historiens du sport, Antoine Dumont /photographe

Chargé-e-s de projets:
Mariette gaillard, Florise pagès, mathieu marion

 

Objectifs :
Le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis a souhaité mettre en place une résidence In Situ sur le thème des « Jeux olympiques et paralympiques 2024 ». Dans ce cadre, F93 a imaginé se décaler du dispositif habituel consistant à n’avoir qu’un seul intervenant au collège pour penser une programmation culturelle et scientifique pluridisciplinaire, marquée par la présence de plusieurs contributeurs dans plusieurs classes et pouvant évoluer pendant les quatre années à venir. 

Ateliers
Cette année, le programme s’est essentiellement décliné sous forme d'ateliers et de workshops qui ont permis d’aller à la rencontre des athlètes et de sonder les émotions qui naissent devant le spectacle de leurs performances :

Avec le parcours « Mémoires des JO », la classe de sixième D est partie sur les traces du couple de sportifs de haut niveau formé par la sauteuse en hauteur Ghislaine Barnay et par le sprinter Roger Bambuck. À partir de centaines d’archives familiales confiées par leur fille Aurélie (coupures de journaux, photos, interviews, objets, etc), les élèves ont pu découvrir leurs trajectoires individuelles au moment où elles ont croisé la grande histoire des Jeux olympiques. Ils se sont ainsi penchés sur des sujets tels que les discriminations raciales, les inégalités entre sportifs et sportives de haut niveau ou encore l’évolution du matériel et des techniques des athlètes. A l’issue du parcours, la classe a présenté son travail en introduction de la diffusion du documentaire d’Aurélie Bambuck consacré à ses parents et a pu échanger avec elle à propos de leur parcours.

Lors du workshop « Le beau geste » qui s’est installé au collège pendant deux jours, une quinzaine de classes a pu découvrir l’histoire et la technique de la chronophotographie. Réinventant le geste sportif de leur choix (dribble, uppercut, revers, roue, etc), les élèves sont devenus pour un instant les sujets de ces prises de vue décomposant le mouvement pour l’étudier et le magnifier. Lors de la restitution / de la journée de clôture de la résidence, ces chronophotographies ont été projetées dans une salle transformée pour l’occasion en véritable chambre noire baignée des sons de l’atelier de création sonore « Rumeurs des JO ».

Accompagnés de deux journalistes sportifs du quotidien Le Parisien, un groupe d’élèves de la sixième à la quatrième a participé au club presse « Chroniques des JO » et a découvert les coulisses de ce métier. Interviews d’anciens sportifs de haut niveau, reportages au sein du collège, enquêtes et sondages auprès de leurs camarades ont pris forme dans une publication reprenant les codes du journalisme sportif, qui a été diffusée à l’occasion de la journée de clôture de la résidence.

De janvier à juin, deux classes de 4ème et 5ème ont participé au projet « Athlètes of the world » : un journaliste sportif germanophone de SoFoot est venu mener avec les élèves de la classe bilingue d’allemand une recherche au long cours sur la footballeuse Sarä Dabritz actuellement au PSG, ancienne championne olympique avec l’équipe allemande ; tandis qu’un commentateur sportif anglais a tissé avec la classe d’anglais une relation privilégiée avec la nageuse paralympique canadienne Camille Bérubé. Les intervenants ont partagé leurs manières de s’informer, de commenter, d’explorer des pistes hors de sentiers battus. Il en résulte des échanges réguliers avec ces athlètes olympiques sous formes d’articles courts, de quizz, d’entretiens, ou d’échanges spontanés sur leur trajectoire, leurs entrainements, leurs objectifs, leurs déceptions, les implications d’une médaille sur leur carrière... Les jeunes femmes ont contribué généreusement en répondant aux questions des élèves et partageant des photos et impressions à chaud. Ces deux parcours ont été affichés sur le panneau partagé de la cour du collège et rassemblés dans une édition distribuée au collège lors de la clôture. 

Avec le projet « Rumeur des JO », les élèves devaient s’emparer du célèbre moment musical des cérémonies des Jeux, à savoir l’hymne. En collaborant avec un compositeur du collectif Émoi Sonneur, les élèves ont mené de front deux parties complémentaires : ils se sont appropriés une chanson qu’ils ont choisi, dont ils ont entièrement réécrit les paroles pour célébrer les valeurs du sport portées par cet événement mondial ; puis, ils ont pioché dans une base de données constituée d’archives sonores des jeux passés (commentaires, foule en liesse, cris des sportifs…), qu’ils ont croisé avec des enregistrements de souffles, de course, d’efforts et de courtes phrases qu’ils ont fabriqués eux-mêmes et enregistrés. Le mix final de ces deux régimes musicaux a donné lieu à un hymne musclé diffusé auprès de tous les collégiens et sur le site internet de l’établissement.

Partager:
Tout au long des projets, une scénographie a habillé le collège et plus particulièrement le préau avec un grand panneau d’affichage partagé par les différents projets en cours. Y été régulièrement disposés les articles, les images, les biographies émanant de chacun des parcours, afin de diffuser les informations au plus grand nombre. Une journée de restitution a également eu lieu le 18 juin pour clore cette année de résidence ; elle réunissait les photos du projet « Le beau geste » projetées en plusieurs diaporama dans un espace entièrement scénographié pour l’occasion, couplé à l’hymne de « Rumeur des JO ». Le documentaire d’Aurélie Bambuck suivi d’un échange avec la classe du projet « Mémoire des JO » proposait à d’autres classes de venir découvrir le couple Barnay-Bambuck. Et enfin, une édition rassemblant les 3 projets de journalisme « Chroniques des JO » et « Athlètes of the world » a été distribuée ce jour-là aux classes participantes et à l’ensemble des invités conviés à cette restitution.

Remerciements :
Benoit Lallement, responsable Pôle Sports et hippisme du Parisien, et l’ensemble de la rédaction du Parisien, Emmeline Ndongue, du COJO, Guy Drut, Valériane Ayayi, Camille Bérubé et Sara Däbritz, qui ont accepté de prendre part aux échanges avec les classes, Aurélie Bambuck, qui a mis à notre disposition de précieuses archives familiales et le documentaire qu’elle a réalisé sur ses parents.

 

Collège Les Mousseaux à Villepinte:
- 5ème F, 5ème D, 4ème C, groupe presse (6ème C, 5ème A, 4ème B), 6ème D.

 

Photos: PIERRE ANTOINE, ANTOINE DUMONT.
Graphisme: BIBLIS DUROUX

Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1
Les Mousseaux 2024 - saison 1

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.