Ultra-sons

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création.

 

Intervenant-e-s:
GWENDOLINE GUILLAUME / ARCHÉOLOGUE, MYLÈNE PARDOEN / ARCHÉOLOGUE DU PAYSAGE SONORE, MURIEL COHEN / HISTORIENNE, SOLENN GUÉVEL / HISTORIENNE DE L’ARCHITECTURE, COLIN ROCHE / COMPOSITEUR ET MUSICOLOGUE

Chargée de projet:
Mariette Gaillard

 

Objectifs :
Cette démarche avait pour objectif de placer les élèves au contact d’une forme méconnue d’archéologie qui ambitionne d’étudier le passé d’un site en favorisant la recherche des sons qui le constituaient au quotidien. L’atelier visait à montrer aux élèves que des indices différents, au départ « muets », pouvaient être rassemblés pour donner lieu à la réalisation d’un paysage sonore conçu comme un outil de connaissance.

Atelier :
Qu’entendait-on ici, avant ?
Chaque classe a d’abord été invitée à découvrir le lieu / l’objet sur lequel elle allait travailler, ici : un logement HBM des années 60 à Aubervilliers, le canal Saint-Martin au 19ème siècle, une lance tintante retrouvée dans la sépulture d’un barde gaulois. A l’aide de sources et d’archives variées – lettres et photos de la famille occupant le logement, dessins et photos du canal, mobilier funéraire présent dans la tombe, etc – les historiennes et archéologues ont présenté les caractéristiques principales du site retenu. Armés ensuite d’une question - qu’entendait-on ici, avant ? - les élèves se sont lancés à la recherche des indices sonores qui se trouvaient dans ces sources et en ont dressé une liste la plus complète possible.

Collecte de sons
Accompagnées de l’archéologue du paysage sonore, chaque classe s’est ensuite rendue sur les lieux où certains indices sonores présents dans les sources pouvaient être retrouvés et enregistrés – le logement HBM reconstitué dans un appartement à Aubervilliers par l’AMuLOP, le canal Saint-Martin aujourd’hui, une reproduction de la lance tintante à l’Archéosite de la Haute-Île. Les élèves y ont entamé le travail d’enregistrement en privilégiant les situations qui permettaient de se retrouver au plus près des sons du passé.

« Mille-feuilles » sonore
De retour en classe, les élèves ont ensuite trié et classé les sons dont ils disposaient pour établir une véritable sonothèque. Puis les classes ont entrepris de reconstituer un des paysages sonores possibles du lieu en définissant avec les intervenants, parmi plusieurs scénarios, celui pour lequel ils avaient le plus de matériau. Une première trame a été montée en s’appuyant sur les sons dominants du lieu avant d’être enrichie d’autres sonorités – comme une archive radio par exemple – pour parvenir au montage final.

 

Partager :
À l’issue des parcours, les pastilles sonores créées et réalisées par les classes ont été diffusées dans les collèges et / ou dans les lieux dont le paysage sonore avait été reconstitué, notamment lors de l’exposition « La vie HLM » conçue par l’AMuLoP dans un logement de la cité Émile Dubois d’Aubervilliers.

 

Remerciements :
F93 tient à remercier toute l’équipe de l’AMuLoP pour leur étroite collaboration au sein du parcours et pour avoir accueilli la diffusion de la capsule sonore créée au sein de l’exposition « La vie HLM ».
F93 tient à remercier Zoé Laboue et l’ensemble de l’INA pour leur contribution au projet.

 

Sorties:
- EXPOSITION « LA VIE HLM » PAR L’AMULOP, CITÉ ÉMILE DUBOIS, AUBERVILLIERS
- CROISIÈRE SUR LE CANAL SAINT-MARTIN / VISITE DE L’ÉCLUSE DU PONT DE FLANDRE, PARIS
- ARCHÉOSITE DÉPARTEMENTAL DU PARC DE LA HAUTE ÎLE, NEUILLY-SUR-MARNE

Collèges:
- CLASSE DE 4ÈME LATINISTES DU COLLÈGE MARCEL CACHIN, LE BLANC-MESNIL
- CLASSE DE 3ÈME 4 DU COLLÈGE JEAN LURÇAT, SAINT-DENIS
- CLASSE DE 3ÈME 6 DU COLLÈGE ANTOINE DE SAINT-EXUPÉRY, NOISY-LE-GRAND

 

Photos: F93

ultra-sons
ultra-sons

LE COURS DES CHOSES

Avec la période de confinement, les démarches initiées en collège ont connu quelques changements, également quelques aménagements et surprises. Le moment est venu de présenter ce qui a été finalisé par les élèves, les enseignants et les intervenants. Cet espace de diffusion rapporte nombre de témoignages visuels, sous des formats à la fois fixes et animés, et invite les visiteurs à une découverte différenciée : en cela par projet identifié ou d’une manière plus aléatoire.