Les microscopiques

Depuis 2009, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis soutient « la Culture et l’Art au Collège (CAC) ». Cette démarche repose en grande partie sur la présence, en classe et pendant plusieurs semaines (40h), d’un artiste ou d’un scientifique ayant pour mission d’engager les élèves dans un processus de recherche et de création. 

 

Intervenants: Lorelei Herrera,Thomas Gosselin, Amandine Meyer, Gilles Rochier/ auteurs

Chargé de projet: Mathieu Marion

 

Objectifs:
A l’aide d’un microscope, une goutte d’eau, notre peau ou bien la croûte d’un fromage deviennent des choses très peuplées. Apparaissent des dizaines voire des centaines « d’individus » à qui manque souvent un observateur attentif pour raconter la vie. En partant d’une série d’agrandissements, les élèves et leur dessinateur nous embarquent dans un voyage chez les minuscules.

Séances en atelier:
Derrière la lentille 
A l’aide d’un microscope, élèves et dessinateur testent ensemble le monde de l’infiniment petit : techniques de préparation des échantillons (eau, bois, moquette, sang, etc.), dessins d’observation, mesure des échelles, description naturaliste. Si chacun est invité à décrire minutieusement ce qu’il voit, il s’agit aussi, derrière cette contribution, d’amener les élèves à découvrir comment leur perception peut être complétée par une représentation du monde aux échelles microscopiques.

A travers les cases
Les élèves expérimentent avec l’intervenant les potentialités de la BD. Des micro workshops permettent de décortiquer des ouvrages de références (Trondheim, Marc-Antoine Mathieu, Etienne Lecroart) ; la classe apprend également à jouer des possibilités narratives du médium bande dessinée. Ensuite, à partir d’observations et de contraintes formelles proposées par l’intervenant, la classe est invitée à créer de très courtes histoires dessinées.

Microscopie
Les élèves doivent maintenant élaborer un projet de BD en lien avec les mondes révélés par le microscope. Aidée par l’illustrateur, la classe doit concevoir une histoire de 24 pages en intégrant une contrainte : la bande dessinée doit alterner une page « muette » (sans dialogues ni narration) et une page « bavarde ». Pour cette étape de réalisation, l’imagination doit prendre le pouvoir, les élèves sont conviés à alterner différents ateliers (dessin ou textes), en individuel et en groupe. A ce stade, le dessinateur peut adopter un mode graphique accessible à tous ou bien prendre en charge l’exécution de certaines cases sous la conduite des élèves.

Partager:
Les différents travaux menés par les classes, de « The Géant world » à « Zoomologies » sont intégrés dans une grande BD imprimée en A3 et titrée «les microscopiques  ». Disposant de plusieurs dizaines d’exemplaires, les classes ont diffusé ce support dans leur établissement et parallèlement ont imaginé des rencontres /discussions permettant de débattre des idées avancées et de présenter les planches originales.

 

Sorties (sélection):
- Conférence « Un peu de science dans votre fiction », Palais de la découverte 
- Exposition « L'Art du Studio Blue Sky », Musée des arts ludiques 
- Planétarium de la Cité des sciences et de l’industrie
- Visite de l’exposition « Les invisibles », le 104

Collèges:
- Classe de 6ème, collège Evariste Galois, Sevran
- Classe de 4ème, COLLÈGE René Descartes, Tremblay-en-France
- Classe de 5ème, COLLÈGE René Descartes, Le Blanc-Mesnil

 

Photo: PIERRE ANTOINE

Les microscopiques